Wednesday, May 16, 2012

Visakha Puja

Mythomanie est une compagnie de production de théâtre socialement engagée dirigée par Ariane Genet de Miomandre, qui intègre plusieurs arts de la scène, incluant le théâtre, la danse, la vidéo, le cirque,les marionnettes, et les percussions corporelles. Comptant sur la dramaturgie des mythes traditionnels de tous les pays, Mythomanie va chaque année à la source d'un nouveau récit culturel et géographique pour créer des œuvres MODERNES et empruntes de sujets d'actualité qui vous feront porter par l'émotion des acteurs et la beauté des visuels très travaillés. 

La pièce Visakha Puja (Pleine lune de mai) a été présentée au Monument National en mars 2012. Une création de Ariane Genet de Miomandre, qui adresse des questions telles l'adoption internationale, les familles d'accueil, l'arrachement culturel. Elle traite de la quête de moyens des adultes qui veulent être parents et de la quête d’identité des enfants nés de familles atypiques. 








Félicitation aux comédiens: Lyne Lefort, Marc-André Berthold, Valérie Roy, Oliver Koomsatira, Marie-Eve Morency, Louka Labrecque, Ariya Sourin Kas.

Photographie: Claude Gauthier (c) 2012

Monday, May 14, 2012

Par le trou de la serrure

Réflexions inspirées du roman Infrarouge, de Nancy Huston

"Mon credo: ne photographier que ce je me sens capable d'aimer. Que mon regard soit cet amour, toujours. Rien d'autre. De tous mes projets, celui dont je suis le plus fière est peut-être N(o)us: des gens nus endormis, corps de tous âges, couleurs et sexes, obèses ou faméliques, lisses ou ravages, glanés ou hirsutes, marques de tatouages, de tâches de naissance ou de cicatrices, rêvant et respirant, lovés sur eux-mêmes dans le bel abandon du sommeil, sans défense, si vulnérables et si mortels... Tous, tous sont beaux.'

Et plus tard, elle dira: "je veux rester l'oeil collé contre le trou de la serrure

 Voilà la première étape de la démarche artistique du photographe. Une vision partielle, étroite, limitative, certes, mais un effort pour regarder, pour voir, et pour comprendre. En autant que l'on a la chance de regarder par la bonne serrure.

Le deuxième niveau consiste à interagir avec le sujet, à attirer son attention, l'interpeller, le changer face à la caméra. Le sujet doit maintenant performer, il ne pourra plus être naturel et spontané. Autant cette étape est essentielle pour la prise de l'image, autant elle est insidieuse car elle transforme la nature même du sujet qui doit répondre aux attentes et aux stimuli du photographe. Le photographe pense donc capter la vraie nature du sujet en facilitant l'expression spontané du sujet. On dit alors que la chimie est bonne entre le photographe et le sujet, et que les conditions propices à la création sont en place. Le voilà donc le spectre complet de la création visuelle: du metteur en scène qui dirige le comédien au photographe qui capte son sujet en toute innocence.

Wednesday, May 9, 2012

Robert Lorrain

Exposition du sculpteur Robert Lorrain
Parc des Faubourgs
Ville de Montréal
Printemps / été 2012


Rencontre avec un artiste qui exprime son engagement pour l’art et ses préoccupations sociales. Selon la vision de Robert, l’apprentissage de la vie et de la création artistique, c’est de s’éveiller à des réalités qui nous dépassent.


La force, c'est la puisance, la solidité, la rigueur et souvent la supériorité sur ceux qui nous entourrent. Pour l'artiste, c'est d'abord la détermination: '' Pour moi, être fort, c'était être courageux et avoir le courage de mes convictions. De tout ce que j'ai entrepris, j'ai essayé de respecter ce a quoi j'adhérais comme théorie, au risque de déplaire. Comme artiste, c'était d'apprécier la beauté comme la laideur.''







Wednesday, February 8, 2012

Lonely Soul



When I present this image, I usually get a fairly negative feedback. People tell me how their town had been embellished with beautiful, accommodating paintings on public walls. Uninvited graffiti are often related to vandalism in cities and a cause of concern.

I have been collecting images of graffiti in my home town Montreal for years. My objective is to document true creative, temporal expressions. I exercise my own judgement to decipher if I am dealing with a valuable artistic expression. I find it fascinating to see how theses creations are evolving over time.

What I identify as true artistic initiatives, valuable wall art, appearing on walls the same way rust appears on metal.  Graffiti are part of a living urban environment. During my international travel, I attempt to decipher if different cities delivers different inspiration, when it comes to wall art.

The featured image is a unique piece. The drawing and painting is done on a brown paper glued to the brick wall. Height is about 8 feet. I like to remind to my detractors that this creation did not require any public money, no multi-lateral committees, no civic approbation, no financing of any kind. It took a unknown creative mind with the desire to express a feeling to produce this wall art. The drawing was available less than 8 days starting July 20, 2011, and was located at the intersection of Sherbrooke West and Jeanne Mance streets.