Thursday, December 15, 2011

Urban Fashion

Common creative project with model and blogger Niapsou Diakhate . The material presented has been photographed in distinctive urban environments in Montreal.

Niapsou is a true artist, at ease in front of the camera and ingenious in term of creating fresh and striking expression.


Mon univers
Je m'affirme, j'occupe mon espace, mon style s'impose et attire l'attention. L'environnement urbain est ma scène, mon espace de performance. Ma ville accumule les affres du temps et la touche de l'artiste cherceh à marquer l'espace de ses graffitis, en prennant pocession des murs à l'abandon, en démarquant son territoire.

Dans mon monde, il ne s'agit pas de se fondre dans la mêlé, il faut se distinguer. La mode créatrice permet de m'exprimer, de mettre de l'avant l'authenticité, l'unicité, de me démarquer de l'ennui, du commun, du conformisme.

Mes couleurs, mes étoffes, ma coupe deviennent ma personnalité, en harmonie avec mon environnement. Tous réunis, voilà ma personnalité, un fin mélange de provocation, de rétro, d'avenir, et du désir d’influencer mon univers, d'attirer l'attention. C'est mon cri: je suis unique, j'ai mes idées. Mon art est une expression de l'éphémère, de l'importance du moment présent, du désir de retenir le regard et d'influence la notion du beau.

La beauté, une notion frivole, passagère, si fragile et changeante. Mon expression de la beauté, intégrée à mon espace urbain, formant un tout vivant, qui s'affirme: c'est moi, aujourd'hui, mon territoire. Bienvenu dans mon monde de la mode, le royaume de l'éphémère, de l'inspiration et de la créativité.












Monday, October 24, 2011

Spirits of Mask-Dancers

Spirits of Mask-Dancers

Born on different continents, two kindred souls met and journeyed into the spirit of the global village: one a free-wheeling individual  hooked on photography, the other a passionate lover of African art. 

The first, Claude Gauthier, is a direct descendant of  a water-carrier from northern Quebec while the second,  Guy Mushagalusa Chigoho, is the son of an African mask-dancer. 

Their fated meeting and shared passions sparked Spirits of the Mask-Dancers.

For Claude and Guy, the photograph is the quintessential short film capable of telling infinite stories. It is their hope that this exhibition will release these bright, dancing  spirits into people's hearts and inspire exhilarating discoveries.

Exhibition






Les porteurs de masques

Au coeur du village global se sont rencontrés deux esprits. 
L’un libre et féru de la photographie et l’autre fou et passionné d’art africain. 

Le premier, Claude Gauthier, descendant direct d’un porteur d’eau du nord québécois et le second, Guy Mushagalusa Chigoho fils légitime d’un danseur de masque africain.

De cette rencontre furent conçus les Porteurs de Masques, de beaux enfants inspirés qui savent partager leurs passions. 

Par cette exposition, nous voulons donner à chacun la possibilité de raconter la vie de ces beaux enfants car pour nous, la photo c'est le film le plus court qui peut raconter une histoire sans fin.

Nous souhaitons que chaque œuvre proposée ici soit le point de départ d’un sublime délire.


Wednesday, July 6, 2011

Monday, June 6, 2011

"La Foule Illuminée" par Raymond Mason, Rue McGill College

The glass skyscrapers tower above the Illuminated Crowd sculpture along McGill College Avenue in the downtown area of Montreal City, Quebec.

Along McGill College Avenue in Montreal City in Quebec, Canada, the Illuminated Crowd sculpture stands at the base of the BNP Tower-Laurentian Bank Tower. This unique piece of art was created by Raymond Mason and has stood at the entrance to these glass skyscrapers since 1985.

Each face on this group of 66 people making up the Illuminated Crowd sculpture have their own personalized facial expressions. A variety of messages are passed through this sculpture, some which involve truth, others comedy and some which show a very real sense of tragedy. The faces on the figures at the front of the Illuminated Crowd are filled with joy and amazement, the middle portion of the crowd have people talking amongst each other and the last part of the group have good and bad emotions coming from their expressions.



Urbanity on flickr

Thursday, June 2, 2011

Doors of Montreal

Graffiti have a way to invade our urban environment and contribute to the cultural identity of cities. For years, I have observed the evolution of this art form in Montreal, as well as in many American and European cities. The images selected here are graffiti painted on doors, creating a unique style. Not unlike a painting hanging on a museum wall, graffiti on doors are self-contained art pieces, delimited by a external context, and placed strategically to attack an audience.

Les portes de Montréal
La présence des graffiti dans le milieu urbain contribue à l’identité culturelle des villes. Pendant des années, j’ai observé l’évolution de cette forme d’art à Montréal, et dans plusieurs villes Américaines et Européennes. Les images de cette collection sont des graffiti peints sur des portes, ce qui leurs donne une personnalité unique. Un peu comme une peinture que l’on retrouve dans un musée,  les graffiti sur les portes sont des œuvres encadrées, positionné dans un contexte bien défini, à la recherche de leur auditoire.







Other graffiti on Flickr  Art Wall

Tuesday, May 31, 2011

Surf stationnaire

Aussi connu sous le nom de surf de rivière (appellation incorrecte), Montréal  est un site reconnu pour cette activité unique (http://en.wikipedia.org/wiki/River_surfing ) . Le surf stationnaire se pratique sur une vague qui ne change pas de position, crée par la turbulence résultant de l’écoulement rapide de la rivière et le fond rocheux.  Facile d’accès pour le photographe, ce site localisé derrière Habitat 67, à Montréal, sur les rives du fleuve St-Laurent, permet de capturer des images uniques. Durant les beaux jours de l’été, plusieurs groupes de surfeurs sont présents et se relaient à tour de rôle sur cette vague stationaire.





Images supplémentaires sur Flickr  Complementary images


Stationary Surf
Also known as river surfing (improper appellation), Montreal is a recognized location to practice this unique sport (http://en.wikipedia.org/wiki/River_surfing ). The stationary surf takes place on a stable wave, resulting in turbulence caused by the fast flowing river and the irregular rock bottom. This location is easily reached by photographers, and is located behind Habitat 67, in Montreal, along the Saint-Laurence River; it allows perfect angles to capture the action. During the nicer days of the summer, several groups of surfers are present and exercise their sport. Current is more dynamic early during the season when the river flow is at its maximum.

Monday, May 30, 2011

Expression of beauty

The original Greek Canon defined beauty by achieving balance and symmetry. Sculptures all the way to Neo-Classism era in the Western World were based on these proportions and mathematical concepts, insuring the reproducibility of beauty. In photography, the distortions imposed by the lenses cannot guaranty any symmetrical measurements matching the norms defined in the Canon. Fortunately for photographers, the Greek philosophers also defined beauty in the form of harmony between opposing forces. In an image expressing beauty, the equilibrium between two opposing entities is reached when both are neutralized.

With this model, Sunshy, harmony is reached in many ways: polarity between strength and fragility, between force and weakness, between violence and softness, between aggression and peacefulness. All these continuums deliver a rendition of beauty in photography.



To view the complete  portfolio of Sunshy, visit my Smugmug portfolio


Portfolio de Sunshy


Tuesday, February 15, 2011

L'ombre et la lumière

Je sentais cette brise de chaleur qui épousait parfaitement ma peau. J'étais en transe. La lumière émise de chaque rayon de soleil m'apportait réconfort et d'une manière, je pouvais comprendre que j'étais vivant. Plus le temps avançait, plus cette danse avec moi-même me rendait léger. Je respirais l'air brulant et chaque partie de mon corps suivait la mélodie dans la salle. J'étais libre de me guider comme je le voulais...


De l'autre côté il y'avait l'ombre. Un peu moins présente au début, elle prenait de l'ampleur et la peur embarquait dans cette ambiance mélodramatique. Le vent était dorénavant violent. Le temps restait immobile et j'étais pris dans une liberté qui m'avait attrapé. Le soleil se couchait. La noirceur apparaissait. Pris au dépourvu, mon pouls s'accélérait et je compris ce que la vie m'avait accordé comme tâche.



Être moi-même, voilà.



Je devais parvenir à laisser mes soucis du côté de l'ombre tout en focalisant sur mon visage. La franchise était un réflexe que je devais atteindre et chaque parcelle de ma personne devait agencé parfaitement l'émotion véhiculé dans mes traits. J'y suis parvenu. J'ai pu ressentir cette magie et être enfin à l'aise. 

Le voyage continuait et les molécules de cette lueur artificielle se propageaient dans l'espace. Après avoir trouvé le juste confort, je parvenais aisément à les déjouer et j'en tirais le meilleur pour créer une image parfaite. Une voix d'un calme profond résonnait et m'aida à m'en sortir satisfait.

Et puis... L'image parfaite fût difficile à trouver, car chaque cliché représentait bien l'ombre, la lumière et mon corps qui s'y fusionnait.

Création de Mikael Gravelle
Modèle: Mikael Gravelle
Photographie: Claude Gauthier

Saturday, January 1, 2011

The portrait

The portrait, apparently a simple matter to manage, is perhaps the mots difficult of photographic genres. Although portraiture, like all areas of photography, is today a mass-product, over 170 years of photographic history the number of outstanding portraits has remained limited. Good portraits have always been a question of interaction between photographer and model. The charisma of the model reacts to the charisma of the photographer, and in the most favorable cases, the effect have been reciprocal.


Of the hundred of thousands of exposures made in the whole long life of a photographer, only a few dozen photographic masterpieces often survive.


Peter Stepan, 50 Photographers you should know